Out There

Queerness, (in)visibilité et espace public
Paris

Kaletia

Kaletia, Paris, September 2016

(Version française plus bas, traduction/correction par Isabelle)

1) Can you introduce yourself?

I think that’s one of the hardest things to do. I think to « say a few words about yourself » is complicated because I exist in so many pockets and so many groups. That point of connectivity is what interests me, navigating through all these spaces so, talking about myself… I have roots in athleticism, I have played on men and women’s teams. I have a utopia in my head where the dishwasher makes as much as the waiter. I would like to see people with disabled bodies in competitions and trans individuals being the future of a utopia where it erases and creates an endless potential for navigation, whether it be sexually, chemically, biologically, sculpturally. I have my head in the clouds for utopia and there’s no divide between art and life for me. My body itself is a breathing interaction, a sculpture in itself. I don’t mean that there’s no divide between art and life in a philosophical sense, it’s an actual lived practice. Actions and objects that I come in contact with, observations that I have, if you put them into the right context, all of it is art. I like to look at spaces within athleticism and spaces within augmentation, and at the correlation between somebody that has botox, somebody who has sub-dermal implants, in the body mod community, and somebody that is queer and using hormones as a way to fuck gender and I like to see the threads that all of this weaves together in the same way that we can talk about identity and layers as something that is not fixed.

2) Can you tell me about your outfit (what you are wearing/why you chose this outfit), and more generally about your physical presentation?

Sporty and comfortable. Because I didn’t want to have English text, I flipped my shirt inside out but I love wearing this tank top, because when I go to the gym and have to be on all fours, on the bench to do bent over rows, it makes my breast drop and usually the men that are in the area get really confused and I am very excited about that. Especially when taking up space in gyms. So I am wearing that shirt, and it’s also from a training session with an artist. He took our group to train with a trainer who teaches a class called “Bully me now” which is a beautiful offensively-defensively way of protecting yourself. So I have that sentence touching my body because the shirt is inside-out. I have shorty shorts on because women’s clothes or shorts tend to look better. I don’t like men’s shorts because they go past my knees and I don’t want to look like I’m perpetually playing basketball and I think cargo pants, specifically kaki cargo pants, are as boring as an Andy Warhol print. I would love to have more fashionable shoes on but I am traveling so I had to pick two pairs, so I am wearing sneakers right now, but at least they are neon zebras. Underneath my shorts I have a pair of cock sock, it’s a show-it technology, it’s meant for cismen to take their balls and cock and shove them in a pocket beforehand, to separate them from the body. Which I think is brilliant, because as a cismale I wouldn’t want to sweat and have that shit stick to me all the time but within the gay culture, it’s used to make your dick look bigger. If you’re somebody that is genderqueer, trans, who wants to wear a package, it stays in place and doesn’t flop out and hit the floor in a very sad sound in a back room. It’s a beautiful thing, they have them in a jockstrap, these are a pair I bought for my partner because it says “Varsity” on the back and she didn’t get to really see me when I played soccer in college so I wear them for her. (laughter) Now on to the earrings and the jewelry, I have my favorite bead on right now by an artist named Bob Burkett because I love labor and detail. It’s hand carved and wrapped, it’s done in a lost wax cast method. Then a pony pendant that my partner gave me. I woke up this morning, because I have wanted facial hair since I was ten years old, and wash my face so I could put a little product and get my curls in my beard. And mascara because I have really good eyelashes, although you have magnificent eyelashes. [-I think these are from our Lebanese genes -Yes! (laughter)]

3) Why did you choose to shoot here? Does this place have a special meaning for you?

I thought the Guerrilla Girls show was a good place to be present. I have a character which is a boy with a pie, I wish I had it with me because that would be what I would wear for this interview, it would be brilliant, but I didn’t bring it to Paris, it’s in Berlin. The idea of wearing a mask, like the Guerrilla Girls, to hide their identity, especially with having a beard right now and looking more masculine. When I wear a mask that hides my face, although my body still has the muscularity that can still be very masculine, I still have a V where my vagina is and I still have breasts and hips. They are certain positions and poses that I can get in so I like the idea of going to the Guerrilla Girls exhibition because of the identity that is hidden when you’re wearing a mask. Also, I never got to see the posters in person so, it is a nice treat to see, although I do feel conflicted with some of the things that I saw, I want more from what their exhibition has. I wish they would talk about what they highlighted and the progression from what they have done. I wish it wasn’t such a focus on just art at this point, for how long they’ve been around.

Because being in some of the queer spaces like Ponderosa that I am going to for an art residency, I am blown away by the queer bodies that have penetrated exclusively normative spaces and changed the language between academia, industry and management, because we have to work to make a living and we are going to school, so I wish that there were more statistics about changing language within that queer perspective, although maybe it’s not their agenda so… Maybe it’s not my place to say that. I wanted to be there because of the masks and because I still believe in the content they try to deliver to a certain degree. I do hope we get to shoot outdoors because I feel connected to the Air and the Earth and I love fucking with people by being in public with my shirt off. In a soft way (laughter). It doesn’t take much with my body.

4) Do external factors have an influence on choosing what you’re going to wear or on the decisions you make regarding your appearance/physical presentation?

It depends on the circumstances, like the film [Être Cheval], when I saw Jerome’s edit I was just as distracted as any member of the audience by how boldly that statement came out of my mouth when I called Karen a unicorn. I feel that I continue to grow and as I continue to get older, I learn to trust my intuition, the things that I perceive and the language that I have sponged in and taken in and deconstructed. Because I feel more confident in that, I tend not to think of the repercussions. I trust that I can negotiate and have conversations and react to the circumstances that happen as a byproduct. I mean there are certain sensitivities, if I am traveling in the South [of the US] by myself, in a place that has deep roots in racism and hatred, I am going to pick something that’s a little… unless I am trying to be a final art piece from which you can pick and choose, I try to be as invisible as possible and take up little space. There are a time and a place for things and sometimes I’m consumed and it’s not consensual, but I just have to deal and react to it. That education is so important.

You were talking earlier about the choices that we make to be visible or invisible and the politics that are behind that and I really stand for both and all need to exist. People need to be comfortable and confident in themselves before they can be politically vulnerable to social consumption because it’s not always easy. I do tend to take on a lot and sometimes I go home and just rest by myself in order to discharge and decompress.

5) Do you think that visibility is a political matter?

I had a hookup, actually, it wasn’t a hookup, a cis male who approached me in a coffee shop when I was by myself and followed me to my car, in a non-intrusive way, which I think is very difficult to navigate for a cisman. How do they approach women ? How can they approach women? He did a good job, stayed away from the car, he leaned in and apologized a whole bunch and asked to connect with me. I said, “You can go to my work and meet with me, that’s fine but you can only come between this time and this time.” So really drawing boundaries and he did, he came specifically during that time. Because all my coworkers saw him, I gave him my number and I drew him off a lot because I was getting ready to go to Berlin and he finally said “Can I please pay you 100$ for 30 minutes of your time ?” and I said “It depends on what your intentions are and I want to be very visible with what that is.” and he goes “Honestly I haven’t stopped thinking about you since I saw you and I really would like to suck your cock.” and I said “Thank you for your honesty, I appreciate how forward you are with that and I need you to know that I don’t have a cis cock (laughter) but I have a small – what I call – beaver stick, or what my partner calls a gummy bear (laughter)” and he found that very exciting. So I only had this much time, he came over to my house and I had complete control over the situation. It was really actually very empowering because I had assumptions about him, so many assumptions, to the point that I told my partner “I don’t date anybody that plays golf.” Because there’s just a certain type of men that I know play golf and I don’t like that.

When he came to my door he had kaki (laughter) cargo shorts, tucked it with a polo, a baseball cap and a pair of loafers, I thought “Oh my god (laughter) what have you gotten yourself into ?”. He came up to the door and we had this interaction and he goes “I just want to get down to business.” and he starts kissing me. I kissed him back and I was very sensual about it and he felt like a small child exploring. He was shorter than me and was putting my hand in his hair when we were talking. We went back to the bedroom, he immediately took off all his clothes (laughter) just like that. He went down on me and as soon as I got off, he sat up and he continued to touch himself and told me stories about his interactions with other men and how he had never been with somebody like me. He just kept saying how amazing and how incredible my body was and how amazed he was by it while he was touching himself. He said something like “You know on the golf course all these men have this saying, once you’ve sucked a cock, you’re always a cock sucker.”

And that sentence hit me so hard because it’s this idea of fixed identity. That you do this one thing, you do this one act… murderers, I will go so far as to say rapists, cocksuckers, lesbians, military personnel anybody that has a job, anything that has an identity you meet them and that becomes a fixed idea of how they exist in your mind, regardless of change, self-searching… you know. This idea of fixed identity is very complex and everybody suffers from invisibility because of that, in different ways. I am very sensitive about including rapists because there’s so much trauma and we have this rape culture that is misogynistic and patriarchal, and I realize that there is a power in balance within that as well that needs to be re-written. But I say that because, there are people that have gotten themselves into this situation because of their socialization and upbringing that are trying to make changes in their life, and that’s a very difficult conversation to have but it’s another important conversation about identity. What happens after you have done that? What happens after you become a victim? That’s why these threads of community that weave themselves together, it’s like, you get into the queer community and then you have these conversations and they are very very difficult to have. People become very triggered, they get very upset and these ideas of what a safe space is… I watched this panel on sexuality with bell hooks, with only QPOCs and she said “I’m interested in having conversations on what a true safe space is. People are going to get hurt and upset and they are also going to get liberated and elevated and have everything in between because that is a radical safe space.”. Another friend of mine calls it “radical vulnerability” and I think that it’s interesting. I see that in queer communities that start to transgress in queer punk anarchist communities who are doing a lot of outreach to prisoners and people that have come out of prison and those identities. The thing is we are all floundering in the same language, we’re all floundering in the same socialization, we’re all gonna make these huge fuck ups at different times. Are we allowing people to change?

6) What are your strategies to resist the oppressions you face?

I can pick out isolated stories to tell you how I reacted in the past. Sometimes it’s very aggressive and sometimes it’s very diplomatic. Diplomacy allows for an element of penetration into spaces, especially when I’m so visible given what I look like, with the tattoos on the side of my head, with my hair and my piercings, although I can hide all of those easily, with a hat and a sit and take out the jewelry, so I can still navigate in certain spaces but ahem… This is a tough question. I don’t want to say that I am this giant stoic either because there are times when stuff hits me and I just collapse. It depends on the place and time. It’s much easier to react with defiant, bold forwardness when I see someone else being trashed because it’s easier for me to fucking go crazy when I see someone else getting taken down.

A while back, during my graduate years, there was a preacher on college campus screaming with this “No Homo” tag on them and some hatred buttons and they were preaching and yelling and this one Christian girl was sitting and trying to have a conversation with him, asking him to stop. She was tearing up. It made me so upset that I took off all of my clothes except for my jockstrap and decided to eat lunch, standing right next to him on the table. Every time I tried to get next to him, he would step up on something and I’d step higher than him until I was on top of the table and he kept doing it. I was just so angry, I was just shoving food in my mouth and I was just trying to like, deal with this. In Alford, you can’t be topless. I yelled out loud so huge groups started to gather around me, so I pulled my partner up on the table and started making out with her. Then she stepped down, I yelled at another friend of mine “Charles, come make out with me!” so he came and made out with me. I yelled at loud “If anybody else wants to make out with me come up here right now !” and this beautiful POC gay boy ripped off his shirt and said “I will” and came up there and the three of us started making out until this preacher stopped talking and left. Taking up space with that action was really powerful. My partner was keeping watch until she started to see police coming and she pulled me down and said “Put on your clothes!” and we waited for the police to leave. She got a whole bunch of phone numbers from people who recorded this so I have recordings. That’s one way of dealing with a situation.

Other ways, like in the bar I work in, in Tampa, I work with two cis women and the rest are all men. I get consumed by a lot of people because of the way I look, especially if I wear a shirt that shows my breasts or anything of that nature. The men can sometimes get really aggressive and they act out of curiosity and they think they are being very sensitive when they are not. So this guy just stared at me and he looked me up and down with my other bartender and he goes “I don’t understand”. I looked at him and I go “Honey, it’s okay, I have it all.” and just turned around and walked off and put the dishes and my other bartenders started laughing. The guy came up to the bar and was like “Oh my gosh! Oh my gosh! I gotta show you my pictures of this friend that I have who’s trans.” so I looked at him and said “I’m gonna tell you this to be really direct. When you say to me “Oh my gosh, let me show you this other person I know who’s trans” It’s just like me coming up to you and saying “Oh my gosh, I have another friend who’s Black let me show you, do you know them?” and he just couldn’t grasp it and there was a woman with him and she looked mortified. He kept saying these things to me about sexuality and he goes “Why did she respond to me like this? Isn’t she being a fucking bitch?” and I said “I’ll tell you right now that that language is not appropriate. You should have more sensitivity around your language and ask yourself when and why you are using the words that you are.” I didn’t want to say he couldn’t use the word. He just kept going and things just escalated. My bartender was waiting for me and when I finished talking to the guy and I said to him “I have to go in the back, I can’t deal with this anymore.” and the guy, in all the conversation didn’t think that he was doing anything wrong, he was just excited. I sat in the back for 20 minutes, this guy wouldn’t leave and just kept wanting to talk to me more and more, so I finally came out (laughter) and he showed me this picture of his friend and I ended up getting like a twenty-dollar tip from him yay !!! (clapping hands) On his way out he looks at me and he goes “Hey man you’re amazing I’m always gonna come here ! And bro if you wanted to do it, I would totally fuck you !” and as he was leaving I said to him “Enjoy your heterosexual life !” and the guy who was sitting at the bar, a friend of us, goes “I cannot believe you just told him that.” (laughter). I said “You know? These things happen really often to me.”. The bartender and the guy were both so shocked that this interaction happened that it was more of a necessity, more impacting for them to see that than for me to have this interaction with that guy. I ended up going back home and being a little bit shell-shocked and shaken by the interaction. It’s fine that it happens, but it takes me a couple of days to decompress from those. I answer that way because there’s not one way to interact.

7) What is your experience of public space? Are there places you avoid going to or things you favor?

Football Stadiums! I say that half-jokingly. Sports have shaped my collective conscious and my need for collaboration because, and I have played on men’s teams and women’s teams, I really love the camaraderie and when everyone is in synch, the ways that bodies move together are like fluid water. So sport for me is a queer action, football is not. (laughter) Football is like patriarchal, single white male chess with disposable POC bodies. The machismo and the aggression that is associated with it… there’s so much that is problematic. I love sports and I love the correlation between BDSM and feeling like you’re pushing your body, pushing your mind, like you’re marathoning through, powerlifting through. I love sports, I really do, it’s just that the men that have made me the angriest were football fans, so: football stadiums. I also don’t tend to like golf.

I would love to not be in all men spaces but I now have access to penetrate those and fuck those spaces so I would say that I don’t avoid them. Although I talk about stories where I’m really bold, I am very sensitive. Sometimes I avoid spaces where the politics revolve around the notion of safe space, where triggering is not possible, where whatever conversation you bring up is going to trigger someone. I am really empathetic and I find that I stumble so much over trying to be aware of every potential circumstance, situation, and history of everyone that I feel completely silenced and I can’t even talk or move. I find myself staying away from spaces like that because I feel so guilty afterward. So in the same way for identity and adding layers to my body, pony’s technology, animals, nature, I push myself to have access to certain spaces to change. It’s like asking yourself, why am I all only going out with white people my whole life? How can I change that? There are spaces I don’t think I have been through because of this throwing atmosphere. I would say that the one thing that I know that I tend to stay away from is spaces where I think I might hurt somebody because of my presence or my language or my viewpoints, which is really difficult because I do like to challenge people.

8) If you had to describe your physical presentation or give it a title (like the editorial line of your look sort of), what would it be?

?!
Because language is always a failure, this is the only way I’d know how to do it.

9) Have you changed your presentation or strategies/choices of visibility a lot until now?

Have you ever seen the Ellen Degeneres comedy where she’s coming out? She does a stand-up and she has all the lights and talks about how it’s like to come out publicly? You’ve got to see that! If I could give you an interpretive dance of what my thing was I would, but I’ll try and explain it to you through words. So I grew up in the Bible Belt right, so part of identity is access and finding the language and the bodies that expose you to more and new potentials. Once you get a grasp of something that’s not in a tunnel-vision, and all the sudden your lens just explode in every possible direction, then you’re like “oh I can be this, and this, and this” but until you have the language or the bodies, I think it’s hard. Which is why I think the Internet is so fucking powerful and so beautiful. As it becomes more accessible for different economic groups as well, ahem, which is still an imbalance to certain degrees, it does allow for more accessibility with the crux of it also being constant surveillance. So let’s not forget that (laughter).

I came out and the doctor said… wait no… in my mum’s belly she thought that I was a boy, I had a boy’s heartbeat. When I popped out, I was this hairy little creature with a pink and blue-purple ass from birthmark which I wish was still there but it went away, ahem and surprise, I had a vagina (laughter). I went home in a Poo bear outfit because it was the only non-gendered clothing she had because everything else was male and she didn’t want to do that. So I went home as a little stuffed-animal (laughters). Then we grew up and I’m playing soccer with all these girls and I’m a scholarship kid in white suburbia, I’m super tomboy, I swim without a shirt on and I’m passing as a boy and then these things start to pop out on my chest, they make me wear a bra. I freak out about it, I can no longer get into the men’s bathroom or get away with swimming topless. I still have my chili bowl haircut, super butch, I like boys because I see other girls doing it. I’m also turned on and aroused by them.

Then I hit high school and these Senior lesbians see my dyke attitude walking through the hallways of the Lutheran school and pull me aside. I see my first eye-opening of dykehood and lesbian culture, I have my first kiss with a woman, my first crush on a woman. I’m with my first partner for 5 years, as a lesbian. I get my first strap-on from my trannymal wise old owl who teaches me about safe-sex, dildos, and gloves. I freak out, because I’m in a Lutheran high school, and I throw away all my sex toys, stop having sex with my partner for two months because I think I’m going to hell, and she is too (laughs). She then comes back to me and says “I can’t be with you if we do this.” then, we start having sex again and I deal with my guilt. I get to college and take a political science class and start to think “This doesn’t make sense! How is it that one religion, with all these cultures globally, can exist simultaneously? How are all these people going to hell?” and I start to mumble the words “God doesn’t exist” and try to feel ok and settled and to not think that I’m going to be struck down by God.

I get to experience gay culture in El Paso, Texas where I’m living and hanging out and seeing gay men and drag queens and I’m attracted to gay men and I think “Oh my God, maybe I’m a gay man, that doesn’t make any sense.”. I tell my two closest friends and they say that it actually makes sense to them and that it’s ok. So I have my secret and then I start to tell the girlfriend that I have at that time without having the language and she shuts down, and I shut down. It goes on the back burner and then I just have this identity of being a gay man in a lesbian body wanting to be with other women. I travel to Chile, come to Austin and have a culture collide in a queer trade party where all of these bodies which genders I can’t figure out for the first time in my life. Then I meet Willy with no idea of what her gender or sexuality is but just think I’ll figure it out, as she invites me back to hers for a post-funk party. Sexual revelation with her. Then to a radical fairy camp in Tennessee and having my eyes peeled out of my face seeing all these bodies walking around naked without assumptions of gender being thrown at them, but instead having to ask them “How would you like for me to address you?”. From that point forward, I start to change my pronoun and went to grad school and started making all of my work about access and privilege and identity and sexuality and gender. Going on to befriending the bodybuilding community in order to get steroids, that was not through the medical community so that my identity was not a pathology. Once obtaining those steroids and using them, constantly challenging myself and my perceptions of what my attractions are. What are the social taboos around body size, and types, and ethnicity, and cultures? Deconstructing and exploring that with my partner, we’re polyamorous and we’ve been that way since the beginning. So this is my experience.

10) Do you feel like you resemble yourself? And is there anything you want to add?

It’s so hard to say because there’s no action without reaction, so anything that I do has a consequence on the way somebody changes their interaction with me. So that’s really difficult to say. There’s so much more that I want to do with my body that’s so far beyond gender. I want to have four more breasts put on, nipples really. I want sub-dermal implants, I find an affinity with what people call circus freaks or freaks in general within the body mod community. If I had more resources and access and honestly less fear of the diplomacy. Trying to figure out if the place that I occupy right now, and the spaces that I have access too need me with the body that I have right now, if it’s important or significant, or if it should be about constantly adding layers to my body, which I am doing anyway. But I know that I actively make the decisions about my body in ways which I can still be a chameleon. So, I think that’s a difficult question but I want to probably change. I think by the time I’m in my 60s or 70s, I’m excited because I hang out with older people and some women tell me about how when they hit their 40s they get into that sort of “fuck it” mentality. So, I’m very happy to be in my thirties right now and be existing with that, but I look forward to knowing more about the space that I occupy and being confident with the changes that I make, being fixed or not.

– – – – En Français – – –

1) Peux-tu te présenter en quelques mots ?

Je pense que c’est une des choses les plus difficiles à faire. Je pense que c’est compliqué de « dire quelques mots sur soi-même » parce que j’existe dans tellement de groupes et de niches. Ce qui m’intéresse c’est ce point de connexion, cette navigation entre tous les espaces donc, parler de moi… J’ai des racines dans l’athlétisme, j’ai joué dans des équipes masculines et féminines. J’ai cette utopie dans ma tête où le plongeur gagne autant que le serveur. J’aimerais voir des personnes aux corps handicapés dans des compétitions et des personnes trans être le futur d’une utopie qui effacerait et créerait un potentiel de navigation infini, que ce soit sexuellement, chimiquement, biologiquement, sculpturalement. J’ai la tête dans les nuages, pleine de cette utopie. Il n’y a aucune séparation entre l’art et la vie pour moi. Mon corps lui même et une interaction qui respire, une sculpture. Je ne parle pas d’absence de séparation dans un sens philosophique, c’est quelque chose que je vis au quotidien. Les actions et les objects avec lesquels je rentre en contact, les interactions que je vis, si on les remet dans le bon contexte, c’est de l’art. J’aime regarder des espaces dans les milieux de l’athlétisme ou de l’augmentation corporelle, et la corrélation entre quelqu’un qui a fait du botox, quelqu’en qui a des implants sous-cutanés dans la communauté bod-mod, et quelqu’un de que qui utilise des hormones pour niquer le concept de genre et j’aime voir les fils qui se tissent entre tous ces gens, comme on peut parler d’identité et de calques comme de quelque chose de fluide.

2) Peux-tu me parler de ta tenue (que portes-tu/pourquoi as-tu choisi cette tenue), et plus généralement de ta présentation physique ?

Cette tenue est sportive et confortable. Je ne voulais pas avoir de texte en anglais, du coup j’ai retourné mon t-shirt, mais j’adore ce débardeur, parce que quand je vais à la salle et que je dois être à quatre pattes ou sur le banc pour faire des bent over rows, ma poitrine tombe et en général les hommes qui sont autour de moi sont hyper confus et ça m’amuse vraiment, surtout quand j’occupe de l’espace dans les salles de gym. Donc je porte ce t-shirt, il vient d’une session d’entraînement avec un artiste qui avait emmené notre groupe s’entraîner avec un coach qui propose un cours qui s’appelle « Bully me now », ce qui est une façon merveilleusement agressive de se défendre. Du coup cette phrase est mon corps, vu que le t-shirt est retourné. J’ai un mini short, parce que les vêtements et les shorts de femmes sont plus beaux en général. J’aime pas les shorts d’homme parce qu’ils descendent plus bas que mes genoux et j’ai pas envie d’avoir l’air de quelqu’un qui serait perpétuellement en pleine partie de basketball, et je pense que les bermudas, surtout les bermudas kaki, sont aussi ennuyeux qu’une sérigraphie d’Andy Warhol. J’adorerais avoir des chaussures plus tendances mais je suis en voyage donc j’ai dû en choisir deux paires, mais au moins elles sont fluo et imprimées zèbre. Sous mon short j’ai une paire de cock socks, c’est un truc qui augmente la taille, les cismecs fourrent leurs couilles et leur bite dans une poche pour les séparer de leurs corps. Je trouve ça super, parce que si j’étais un mec cis je voudrais pas transpirer et que tous ces trucs me collent à la peau, mais dans la communauté gay c’est utilisé pour faire paraître ta bite plus grosse. Si tu es genderqueer, trans, que tu veux faire du packing, ça l’empêche de bouger ou de tomber en faisant un son très triste sur le sol d’une back room. C’est génial, ils les font aussi sous forme de jockstrap, ceux là c’est une paire que j’ai acheté pour ma partenaire, parce que c’est marqué « Varsity » sur l’arrière, et elle ne m’a pas vraiment vue pendant la période où je jouais au foot, donc je porte ça pour elle (rires). Maintenant passons aux boucles d’oreilles et aux bijoux, je porte ma perle préférée, elle a été faite par un artiste, Bob Burkett, j’aime ses finitions. Elle est sculptée à la main et incrustée dans un métal modelé dans un moule en cire. Ensuite j’ai ce poney que ma partenaire m’a donné. Je me suis réveillé tôt ce matin, parce que je veux une barbe et une moustache depuis que j’ai 10 ans, et j’ai lavé mon visage pour pouvoir mettre un peu de produits pour définir les petites boucles dans ma barbe. Et j’ai du mascara, parce que j’ai des très beaux cils, mais les tiens sont vraiment magnifiques. / Je pense qu’ils viennent de nos gènes libanais ! / Oui ! (rires).

3) Pourquoi as-tu choisi de poser à cet endroit ? Est-ce que ce lieu a un sens particulier pour toi ?

Je pensais que l’exposition des Guerilla Girls serait un bon endroit pour être présent. J’ai un personnage, c’est un garçon avec une tarte, j’aurais aimé l’avoir avec moi parce que c’est ce que j’aurais porté pour l’interview, mais je ne l’ai pas amené avec moi, il est à Berlin. Avec cette idée de porter un masque, comme le font les Guérilla Girls, de cacher son identité, surtout en considérant que j’ai une barbe en ce moment et que j’ai l’air plus masculine. Quand je porte un masque qui cache mon visage, même si mon corps a toujours une musculature qui peut être très masculine, j’ai toujours un V à l’endroit de mon vagin et j’ai toujours des seins et des hanches. Je peux me mettre dans certaines poses et positions, donc j’aime idée d’être à l’exposition des Guerilla Girls parce que cette identité est cachée quand tu portes un masque. En plus, je n’ai jamais eu l’occasion de voir les posters en personne, donc c’est cool de pouvoir le faire, même si je suis mitigé-e par rapport à certaines choses que j’ai vues, j’attends plus de leur expo que ce que j’ai vu. J’aurais aimé qu’elles parlent des choses qu’elles ont mises dans la lumière, et de la progression de ce qu’elles ont fait depuis le début. J’aurais aimé que ce ne soit pas autant centré sur l’art, surtout pour un groupe présent depuis aussi longtemps. Parce qu’en évoluant dans certains espaces queers comme Ponderosa, où je vais aller pour une résidence d’artistes, j’ai été éblouie par les corps queers qui ont pénétré des espaces exclusivement normatifs et qui ont fait changer le langage des milieux académiques, industriels, et le secteur du management, parce qu’on doit gagner notre vie et qu’on fait des études, alors j’aimerais qu’il y ait plus de statistiques sur le changement du langage du point de vue queer, mais bon, peut être que ce n’est pas leur but… Et peut être que ce n’est pas à moi de dire ça. Je voulais être ici pour les masques et parce que je crois toujours au contenu qu’elles essaient de produire, à certains degrés. Mais j’espère qu’on pourra faire des photos dehors parce que je me sens connecté à l’Air et à la Terre et j’adore emmerder les gens en étant dehors sans t shirt. Avec douceur (rires). Il faut pas grand chose pour emmerder les gens quand on a mon corps.

4) Est-ce que des paramètres extérieurs interviennent quand tu choisis ce que tu vas porter ou sur les décisions que tu prends concernant ton apparence/ta présentation physique ?

Ça dépend des circonstances. J’ai l’impression que je continue d’évoluer en vieillissant, j’apprends à avoir confiance en mes intuitions, en la façon dont je perçois les choses, confiance en le langage que j’ai absorbé et déconstruit. Parce que je me sens plus confiant par rapport à ça, j’ai tendance à ne pas penser aux conséquences. J’ai confiance en ma capacité à avoir une conversation et à réagir aux choses qui arrivent en conséquence. Bien sûr il y a des points plus sensibles, si je voyage toute seule dans le sud (des Etats Unis, ndlt), dans cet endroit qui a des racines profondes de racisme et de haine, je vais choisir de porter quelque chose de moins… À part si j’essaie d’être une oeuvre d’art dans laquelle chacun peut se servir, je vais essayer d’être le plus invisible possible et de prendre peu d’espace. Il y a un lieu et un temps pour tout et parfois je suis consommé sans être consentant, mais il faut juste que je gère ça et que je réagisse en conséquence. Cette éducation est tellement importante. Tu parlais tout à l’heure du choix que nous faisons d’être visible ou pas, et de la politique derrière ces choix, et je soutiens vraiment les deux, ils sont tous les deux nécessaires. Les gens doivent être à l’aise et avoir confiance en elleux avant de pouvoir être politiquement vulnérable et ouverts à une consommation sociale, parce que ce n’est pas toujours facile. J’ai tendance à prendre beaucoup de ce poids sur mes épaules et parfois je rentre chez moi et j’ai juste besoin de me reposer, toute seule, pour décompresser et me décharger de ce poids.

5) Est-ce que tu penses que la visibilité est une question politique ?

J’ai eu une aventure, en fait, pas vraiment une aventure, mais un mec cis qui m’a approché dans un café quand j’étais toute seule et m’a suivi jusqu’à ma voiture, d’une façon qui n’était pas intrusive, ce qui est plutôt dur à faire pour un mec cis. Comment ils approchent les femmes ? Comment peuvent-ils les approcher ? Il s’est bien débrouillé, il est resté loin de la voiture, il s’est penché et s’est excusé plein de fois et a demandé à connecter avec moi. Je lui ai dit « tu peux venir me voir au travail, mais tu peux juste venir entre telle heure et telle heure », donc j’ai vraiment posé mes limites, et il les a respectées, il est venu spécifiquement pendant cette plage horaire. Vu que tous mes collègues l’avaient vu, je lui ai donné mon numéro, et j’ai beaucoup essayé de le repousser parce que je me préparais à partir pour Berlin et finalement il m’a dit « est ce que je peux te payer 100 dollars pour 3 minutes de ton temps ? » je lui ai répondu « ça dépend de tes intentions et je veux que tu sois très clair sur ce qu’elles sont » et il me dit « honnêtement, je n’ai pas arrêté de penser à toi depuis que je t’ai vu, et j’aimerais vraiment te sucer la bite. ». Alors j’ai dit « merci de ton honnêteté, j’apprécie que tu sois direct et il faut que tu saches que je n’ai pas de bite dans le sens cis du terme (rires) mais j’ai un petit -ce que j’appelle un- beaverstick, ce que ma partenaire appelle un gummybear (rires) » et il a trouvé ça très excitant. Du coup, j’avais pas beaucoup de temps, il est venu chez moi et j’avais un contrôle total sur la situation. Ça m’a donné une impression de pouvoir et j’avais des idées reçues sur lui, tellement d’idées reçues, j’ai dit à ma partenaire « je ne sors pas avec quelqu’un qui joue au golf ». Il y a un certain genre de mecs, je sais qu’ils jouent au golf, et j’aime pas ça. Quand il s’est pointé à ma porte, il portait un bermuda kaki (rires), avec un polo rentré dedans, une casquette de baseball et une paire de mocassins, et je me suis dit « oh mon dieu (rires), dans quoi tu t’es fourrée ? ». Il s’est pointé à la porte et on a eu cette interaction, et puis il m’a dit « j’ai juste envie de commencer direct » et il a commencé à m’embrasser. Je l’ai embrassé aussi, de façon très sensuelle, et il m’a fait penser à un enfant qui explorait. Il était plus petit que moi et passait sa main dans ses cheveux quand on parlait. On est allés dans la chambre, il a tout de suite enlevé tous ses vêtements (rires), comme ça, d’un coup. Il a commencé à me sucer et dès que j’ai joui, il s’est assis et il a continué à se toucher et il m’a parlé de ses interactions avec d’autres hommes, et il m’a dit qu’il n’avait jamais été avec quelqu’un comme moi. Il arrêtait pas de dire à quel point mon corps était incroyable et merveilleux et combien il l’émerveillait, pendant qu’il se touchait. Il a dit un truc du genre « Sur le terrain de golf, tous les hommes disent la même chose : une fois que tu as sucé une bite, tu seras toujours un suceur de bite ». Et cette phrase m’a frappée, parce que c’est cette idée d’identité fixe. Tu fais un truc, un acte… Les meurtriers, j’irai même jusqu’à dire les violeurs, les suceurs de bite, les lesbiennes, les militaires, n’importe quelle personne qui a un boulot, tu les rencontres et tu as une idée fixe de ce qu’ils sont, et cette idée reste la même malgré les changements, le travail sur soi…Cette idée d’identité fixe est très complexe, et tout le monde souffre d’invisibilité à cause d’elle, chacun à sa manière. Ce n’est pas facile pour moi d’inclure les violeurs parce qu’il y a de tels traumatismes derrière et on vit dans une culture du viol misogyne et patriarcale, et je sais qu’il y a un équilibre des pouvoirs qui a besoin d’être réécrit là dedans aussi. Mais je dis ça parce qu’il y a des gens qui se sont mis dans cette situation à cause de leur socialisation ou de leur éducation et qui essaient de créer des changements dans leurs vies, et c’est une conversation qui est difficile mais nécessaire quand on parle d’identité. Qu’est ce qui se passe après que tu aies commis un acte pareil ? Qu’est ce qui se passe après que tu sois devenu une victime ? C’est pour ça, ces fils de communauté qui s’entremêlent, tu rentres dans la communauté LGBT et tu as ces conversations qui sont très très difficiles à avoir. Ça réveille les traumatismes des gens, ils sont blessés, et cette idée d’espace safe… J’ai regardé un panel sur la sexualité avec bell hooks, avec uniquement des gens queers racisés, et elle a dit « J’aimerais ouvrir une conversation sur ce qu’est un vrai espace safe. Les gens seront blessés, bouleversés, mais ils seront aussi libérés et magnifiés et tout ce qui se trouve entre les deux, parce qu’ils seront dans un espace radicalement safe. ». Je vois ça dans les communautés queer qui trempent avec les communautés queer punk et anarchistes, qui font beaucoup d’accompagnement de personne qui sont en prison ou viennent d’en sortir. Le truc, c’est qu’on patauge tous dans la même langue, on patauge tous dans la même socialisation, on va tous faire d’énormes conneries à des moments différents. Alors est ce qu’on autorise les gens à changer ?

6) Quelles sont tes stratégies pour résister aux oppressions que tu subis ?

Je peux te raconter des anecdotes pour te dire comment j’ai réagi par le passé. Parfois c’est très agressif, parfois c’est très diplomate. La diplomatie permet une certaine infiltration des espaces, surtout quand on est très visible comme moi, avec les tatouages sur le côté de ma tête, mes cheveux et mes piercings, même si je peux cacher tout ça facilement si je mets un chapeau et que j’enlève mes bijoux, pour évoluer dans certains espaces mais hm… C’est une question difficile. Je ne veux pas dire que je suis stoïc non plus parce que parfois quelque chose va m’atteindre et je vais m’effondrer. Ça dépend du moment et de l’endroit. C’est beaucoup plus facile de réagir avec audace et courage quand c’est quelqu’un d’autre qui se fait démolir, parce que c’est plus facile pour moi de péter un putain de câble quand je vois quelqu’un être attaqué. Y’a pas mal de temps, quand j’étais étudiant-e, un pasteur est venu sur le campus de la fac et il vociférait, il avait une étiquette « no homo » et des badges avec des slogans haineux sur ses vêtement. Il était là à hurler ses slogans religieux et une fille, une chrétienne, était assise à côté et essayait de parler avec lui et lui demandait d’arrêter. Elle avait les larmes aux yeux. Ça m’a tellement bouleversé que j’ai enlevé tous mes vêtements sauf mon jockstrap et j’ai décidé d’aller déjeuner debout sur la table à côté de lui. Chaque fois que j’essayais de me mettre à côté de lui, il montait sur un truc, et je montais plus haut jusqu’à ce que je sois sur la table, et il continuait. J’étais tellement en colère, j’enfournais ma bouffe et j’essayais de gérer tout ça comme je pouvais. A Alforda, on a pas le droit d’être torse nu. J’ai crié et des énormes groupes ont commencé à se former autour de moi, alors j’ai attiré ma partenaire sur la table avec moi et j’ai commencé à lui rouler des pelles. Puis elle est descendue, et j’ai crié à un autre de mes potes « Charles, viens me rouler une pelle ! » et il est venu. Et j’ai crié « si quelqu’un veut me rouler une pelle, qu’il vienne tout de suite ! » et ce magnifique mec gay racisé a arraché sa chemise et a dit « moi, je veux » et il est monté sur la table et on a commencé à s’embrasser tous les trois jusqu’à ce que le pasteur se taise et s’en aille. C’était très fort de prendre de l’espace de cette façon. Ma partenaire faisait le guet jusqu’à ce qu’elle voie la police arriver, et elle m’a attrapée et m’a dit « rhabille toi ! » et on a attendu que la police parte. Elle a récupéré les numéros de plein de gens qui avaient filmés, donc j’ai des films de la scène. C’est une façon de gérer ce genre de situations.

D’autres façons, je les ai utilisées par exemple dans le bar où je bosse, à Tampa. Je travaille avec deux femmes cis et le reste c’est que des hommes. On me consomme beaucoup là bas à cause de mon apparence, surtout si je porte un haut qui montre mes seins ou d’autres choses de ce genre. Les hommes peuvent être très agressifs parfois, ils sont poussés par la curiosité et ils pensent qu’ils sont très délicats dans leur approche, mais ils ne le sont pas. Donc ce gars me fixe de haut en bas avec l’autre barman et il dit « je comprends pas ». Je l’ai regardé et je lui ai dit « Chéri, tout va bien, j’ai tout ce qu’il y a à avoir », et je lui ai tourné le dos pour aller ranger la vaisselle et les autres barmen ont commencé à se marrer. Le gars est venu me voir au bar et m’a dit « Oh mon dieu ! Faut que je te montre des photos d’un pote à moi qui est trans » alors je l’ai regardé et je lui ai dit « je vais être très direct. Quand tu me dis ‘il faut que je te montre des photos d’un pote à moi qui est trans’, c’est comme si je venais te dire ‘oh mon dieu, j’ai un ami qui est noir, attends je te montre, tu le connais ?’ » et il arrivait pas à comprendre, il y avait une femme avec lui, elle avait l’air mortifiée. Il arrêtais pas de me dire des trucs sur la sexualité, il était là « pourquoi elle m’a répondu comme ça ? C’est une putain de salope » et j’ai dit « je te dis direct que ce genre de langage n’est pas correct. Tu devrais faire plus attention à la façon dont tu parles et te demander quand et pourquoi tu utilises ce genre de mots ». Je voulais pas lui dire qu’il ne pouvait pas dire ce mot. Il n’arrêtais pas, et les choses se sont emballées. Mon barman m’attendait et quand j’ai eu fini de parler au gars je lui ai dit « je dois aller dans la réserve, je peux plus gérer ça » et ce mec, durant toute cette conversation, il ne pensait pas à mal, il était juste excité. Je suis restée assise dans la réserve pendant 20 minutes, et il voulait pas partir, il voulait continuer de me parler, donc finalement je suis sorti du placard (rires) et il m’a montré les photos de son ami et j’ai eu un pourboire de 20 dollars donc youpi !!! (tape dans ses mains). Quand il est parti il m’a regardé-e et m’a dit « hey mec, t’es génial je vais tout le temps venir ici ! Et mon pote, si tu veux je te baise sans problème ! » et je lui ai dit « belle vie hétérosexuelle à toi ». Un mec qui était assis au bar, un pote à nous, m’a dit « j’arrive pas à croire que tu lui aies dit ça » donc je lui ai dit tu sais, ce genre de chose m’arrive vraiment très souvent. Le barman et notre ami étaient tellement choqués que cette interaction a eu plus d’impact et d’importance pour eux que ça n’en a eu pour moi. C’était une nécessité pour eux d’assister à ça. Quand je suis rentrée j’étais un peu en état de choc et secoué par cette interaction. C’est pas grave que ça arrive, mais en général j’ai besoin de quelques jours pour décompresser. Je réponds comme ça parce qu’il n’y a pas une seule façon d’interagir avec les gens.

7) Quelle est ton expérience dans l’espace public ? Y a-t-il des endroits que tu évites ou des choses que tu privilégies ?

Les stades de foot ! Je dis ça en rigolant à moitié. Les sports ont formé ma conscience collective et mon besoin de collaboration parce que -et j’ai joué dans des équipes masculines et féminines-, j’aime vraiment la camaraderie, ces moments où tout le monde est synchro, la façon dont les corps bougent ensemble comme de l’eau mouvante. Le sport, pour moi, c’est une action queer, mais pas le foot (rires). Le football, c’est patriarcal, un jeu d’échec pour hommes blancs célibataires avec des corps de personnes racisées dont on peut disposer, jetables. Le machisme et l’agression qui y sont associés… Il y a tellement de choses problématiques là dedans. J’adore le sport et j’adore la corrélation entre le BDSM et le sentiment de pousser son corps et son esprit, de traverser les choses comme on court un marathon, comme on soulève des poids. J’adore le sport, vraiment, mais les hommes qui m’ont mis le plus en colère étaient des fans de foot, alors : les stades de foot… Je n’aime pas le golf.

J’adorerais ne pas être dans des espaces masculins mais maintenant que j’ai accès à ces espaces et que je peux les démolir de l’intérieur, je ne dirais pas que je les évite. Même si je raconte des histoires où je suis très audacieuse, je suis très sensible. Parfois j’évite les espaces où la politique tourne autour du « safe space », où on évite les triggers, où n’importe quel dialogue va trigger quelqu’un. J’ai beaucoup d’empathie, et je trébuche sur tout en essayant d’être conscient de toutes les histoires et les passés de tout le monde, au point où j’ai l’impression d’être silencié-e, je ne peux plus parler ou bouger. Je me rends compte que j’évite ces espaces parce qu’après je me sens tellement coupable. De la même façon que pour l’identité, où j’ajoute des couches à mon corps, avec le pony play, les animaux, la nature, je me pousse à avoir accès à certains espaces pour évoluer. C’est comme se demander, pourquoi je ne traîne qu’avec des personnes blanches? Comment je peux changer ça ? Il y a des espaces où je ne vais pas à cause de cette atmosphère qui me repousse un peu. Je dirais que la seule chose que je sais que j’évite, ce sont les endroits où je sais que je risque de blesser quelqu’un par ma présence, mon langage ou mes opinions, mais c’est difficile parce que j’aime provoquer les gens, mettre leurs points de vue au défi.

8) Si tu devais décrire ta présentation physique ou lui donner un titre (la ligne éditoriale de ton look si on veut), qu’est-ce que ce serait ?

?!

Le langage est toujours un échec, donc c’est la seule façon dont je saurais faire ça.

9) As-tu beaucoup changé de présentation ou de stratégies/choix de visibilité jusqu’ici ?

Est ce que tu as vu le spectacle d’Ellen Degeneres, où elle fait son coming out ? Elle fait un stand up, et elle a toute la lumière braquée sur elle, et elle parle de ce que ça fait de faire un coming out public ? Faut que tu regardes ça ! Si je pouvais te faire une danse qui montrerait ce que c’est mon truc, je le ferais mais je vais essayer de te l’expliquer avec des mots. Donc j’ai grandi dans la Bible Belt, tu vois, donc une part de l’identité vient de l’accès aux choses, pour trouver le langage et les corps qui vont t’exposer à de nouveaux potentiels. Une fois que tu enlèves tes oeillères, d’un coup ton champ de vision explose dans tous les sens, et tu te dis « oh, je peux être ça, et ça, et ça » mais tant que tu n’as pas le langage et les corps, je trouve que c’est difficile. C’est pour ça que je pense qu’internet est aussi incroyable et beau. Plus il devient accessible à différents groupes sociaux, ce qui crée toujours un déséquilibre à un certain degré, plus il permet un accès à plein de choses, tout en imposant une surveillance constante. Faut pas oublier ça (rires).

Je suis sortie et le docteur a dit… non attends… Dans le ventre de ma mère elle pensait que j’étais un garçon, j’avais un battement de coeur de garçon. Quand je suis sorti de là, j’étais cette petite créature poilue avec un cul rose et bleu violacé à cause d’une tache de naissance que j’aurais aimé garder mais qui a disparu, et surprise, j’avais un vagin (rires). Je suis rentrée à la maison dans une combinaison Winnie l’Ourson parce que c’était la seule tenue non genrée qu’elle avait, tout le reste était genré pour un garçon et elle ne voulait pas m’habiller comme ça. Donc je suis rentré habillé comme une petite peluche (rires). Puis on a grandi et je jouais au foot avec toutes ces filles et je suis une gosse boursière dans une banlieue blanche, je suis super garçon manqué, je nage sans haut et j’ai un passing de garçon et puis ces trucs commencent à pousser sur mon torse, et ils me font porter un soutien gorge. Ça me fait péter un plomb, je peux plus rentrer dans les toilettes des hommes, je peux plus nager torse nu. J’ai encore ma coupe au bol, super butch, j’aime bien les garçon parce que je vois que les autres filles les aiment bien. Ils m’excitent aussi. Et puis j’entre au lycée et une lesbienne dans la classe au dessus repère mon attitude de butch quand je me balade dans les couloirs de cette école luthérienne et me prend à part. Et j’ai ma première épiphanie de culture gouine et lesbienne. J’ai mon premier baiser avec une femme, mon premier crush sur une femme. Je reste 5 ans avec ma première partenaire, et je suis lesbienne. Mon mentor trannymal me donne mon premier strap-on et m’apprend à me protéger, comment utiliser des dildos et des gants. Je flippe, parce que je suis dans une école luthérienne, je jette tous mes sex toys, j’arrête de coucher avec ma partenaire pendant deux mois parce que je pense que je vais aller en enfer et elle aussi (rires). Elle revient vers moi et elle me dit « je peux pas être avec toi si ça se passe comme ça ». Ensuite on recommence à coucher ensemble et je gère ma culpabilité.

J’arrive à la fac et je suis un cours de sciences politiques et je commence à me dire « ça n’a pas de sens ! Comment c’est possible qu’il y ait qu’une seule religion qui puisse exister en simultané avec toutes ces cultures différentes ? Comment c’est possible que tous ces gens aillent en enfer ? » et je commence à marmonner « Dieu n’existe pas » et j’essaie de me sentir bien et de ne pas penser que je vais être frappé par Dieu. Je découvre la culture gay à El Paso, la ville où je vis au Texas, je traîne avec des mecs gays et je vois des mecs gays et des drag queens et les hommes gays m’attirent et je me dis « oh mon dieu, peut être que je suis un homme gay, ça n’a pas de sens ». J’en parle à mes deux plus proches ami-e-s et iels me disent que ça a du sens pour elleux, et que tout va bien. Donc j’ai ce secret et j’essaie d’en parler à ma copine de l’époque mais je n’ai pas le langage nécessaire et elle se ferme, et donc je me ferme. Je mets ça de côté et j’ai cette identité d’homme gay dans un corps de femme lesbienne, qui a envie d’être avec d’autres femmes. Je pars visiter le Chili, puis je vais à Austin et j’ai un choc culturel dans une soirée queer où je vois tous ces corps dont je n’arrive pas à identifier le genre, pour la première fois de ma vie. Je rencontre Willy et je n’ai aucune idée de ce qu’est son genre ou sa sexualité, mais je me dis que je verrais ça plus tard, et elle m’invite chez elle pour l’after. J’ai une révélation sexuelle avec elle. Et puis un camp de Radical Fairies dans le Tennessee, et les yeux me sortent de la tête quand je vois tous ces corps qui se baladent nus sans qu’on leur jette à la tête des suppositions sur leur genre, mais qu’à la place on leur demande « avec quels pronoms voudrais-tu que je m’adresse à toi ? ». A partir de là, je commence à changer mes pronoms et je vais à l’université et j’oriente tout mon travail autour de l’accès, de l’identité, de la sexualité et du genre. Et puis je me lie avec la communauté du bodybuilding pour avoir des stéroïdes sans passer par le corps médical pour que mon identité ne soit pas une pathologie. J’obtiens ces stéroïdes, je les utilise, je me pousse toujours à mettre les perceptions de mes attirances au défi. Quels sont les tabous sociaux autour de la taille, des types de corps, des ethnies, des cultures ? On déconstruit tout ça et on l’explore avec ma partenaire, on est polyamoureuses et on l’est depuis le début. C’est mon expérience.

10) Penses-tu te ressembler ? Et y’a-t-il autre chose que tu veux ajouter ?

C’est très dur à dire car il n’y a pas d’action sans réaction, donc tout ce que je fais à une conséquence sur la façon dont quelqu’un va changer sa manière d’interagir avec moi. Donc c’est vraiment difficile à dire. Il y a tellement de choses que je veux faire avec mon corps, des choses qui n’ont rien à voir avec les questions de genre. Je veux me faire poser quatre seins en plus, des tétons plutôt, en fait. Je veux des implants sous-cutanés, je me sens proche de ce qu’on appelle des bêtes de cirques, des « freaks » dans la communauté du bod-mod. Si j’avais plus de ressources et d’accès, et honnêtement, moins peur de la diplomatie. J’essaie de déterminer si la place que j’occupe actuellement et les espaces auxquels j’ai accès ont besoin de moi avec le corps que j’ai actuellement, si ça a du sens et de l’importance, ou si je devrais constamment ajouter des niveaux à mon corps, ce que je fais de toute façon. Mais je sais que je prends des décisions par rapport à mon corps pour pouvoir rester un caméléon. Donc je trouve que c’est une question difficile, mais je veux sûrement changer. Je pense que d’ici que j’arrive à 60 ou 70 ans, j’ai hâte parce que je traîne avec des personnes plus âgées et certaines femmes m’ont dit que quand elles arrivent à 40 ans elles ont une mentalité beaucoup plus détendue, comme si elle se disaient « j’emmerde tout ». Donc je suis très heureux d’avoir la trentaine et d’exister avec cet âge, mais j’ai hâte d’en savoir plus sur l’espace que j’occupe et d’être à l’aise avec les changements que je ferai, qu’ils soient définitifs ou pas.