Out There

Queerness, (in)visibilité et espace public
Bordeaux

Loup

Loup, Bordeaux, Octobre 2017

(English version down below)

1) Peux-tu te présenter en quelques mots ?

Je m’appelle Loup, j’ai 25 ans. Je me considère comme non-binaire, j’aime bien genderfuck parce que j’aime bien l’idée de subvertir le genre. Je fais des études en traduction et c’est ce qui me plaît pour l’instant. J’aime bien lire, j’aime bien faire la fête et j’aime bien écouter de la musique.

2) Peux-tu me parler de ta tenue (que portes-tu/pourquoi as-tu choisi cette tenue), et plus généralement de ta présentation physique ?

Ça varie pas mal parce que j’ai tendance à soit m’adapter à mon environnement et aux gens que je vois, mais j’ai aussi plein de goûts différents concernant mes styles vestimentaires tout ça. Par exemple, quand je vais en soirée j’aime être être assez extravagante, genre comme là, mettre des résilles, des trucs argentés ou dorés, plein de paillettes partout. Sinon, parfois j’ai un style assez butch, ou même carrément masculin. J’aime beaucoup aussi mettre des jupes ou des robes. J’aime beaucoup me maquiller. Il y a un moment où je me disais que si j’avais envie d’être plus masculin il faudrait pas que je me maquille, sauf que, j’ai réalisé il y a pas longtemps que c’était stupide. C’est pas parce qu’on se maquille qu’on est pas masculin, et justement, j’aime beaucoup maintenant essayer de montrer qu’on peut avoir le genre qu’on veut et aimer se maquiller et aimer s’habiller comme on veut. Je pense que ça se voit de plus en plus dans la manière dont je me présente physiquement. Avant, je m’habillais aussi de manière beaucoup plus féminine. Je pense que je m’y sentais un peu forcé socialement, avec le poids d’être dans la norme et maintenant, je me sens plus libre que faire ce que je veux et je pense qu’il y a un lien aussi avec mon sentiment de légitimité par rapport à la communauté queer. Pendant longtemps je fréquentais quasiment pas la communauté queer ou même LGBT, parce que je ne me sentais pas trop légitime et je n’avais pas trop d’ami-e-s là dedans et parce que j’étais assez invisible finalement. Maintenant que je me suis mis à la fréquenter et à avoir un look un peu plus queer, de part ma tenue, ou même mes cheveux courts tout ça, je pense que je me sens un petit peu plus légitime là dedans et j’essaie de m’en fiche aussi (rires).

3) Pourquoi as-tu choisi de poser à cet endroit ? Est-ce que ce lieu a un sens particulier pour toi ?

J’ai choisi cet endroit parce que c’est justement un endroit où on va souvent avec mes ami-e-s pour aller à des soirées queer depuis quelques temps. C’est associé à plein de souvenirs de bonheur, d’amitié, d’amour, et de fêtes et de crushes et de tout ce que tu veux dans ce milieu queer et j’aime beaucoup ça. C’est un endroit assez urbain aussi, ça me rappelle un peu l’urbex, c’est une zone industrielle et je trouve ça assez chouette de poser dans ce paysage là.

4) Est-ce que des paramètres extérieurs interviennent quand tu choisis ce que tu vas porter ou sur les décisions que tu prends concernant ton apparence/ta présentation physique ?

Clairement si je vais en cours ou si je vais en soirée, c’est pas du tout la même chose. Maintenant j’ai moins de mal à m’afficher à la fac, avant je ne montrais pas du tout, et maintenant je m’en fiche. J’ai des badges sur mon sac et je fais moins attention. J’ai moins peur de m’afficher je pense. Même en famille, je n’ai pas trop d’exemple parce que je ne vois pas trop ma famille. À part la famille éloignée de type grand-parents, oncles et tantes où j’essaie de rester assez sobre (rires).

C’est possible que, par exemple, si j’ai un date avec une fille, j’ai envie d’avoir l’air un peu plus masculin dans une optique de séduction j’imagine. Ça dépend aussi de la personne qu’il y a en face, je ne sais pas trop. C’est pas complètement vérifié mais si la personne en face est de type plutôt masculin ou butch, je vais avoir envie d’être plus féminine. Après ça dépend aussi de mon humeur, si j’ai envie d’être plus masculin ou plus féminine. Surtout avant quand je datais plus des garçons, je me féminisais pas mal. Si c’est un premier date je vais plus me féminiser, et plus je suis à l’aise plus je vais revenir à un naturel plus androgyne ou même carrément butch si je remarque que l’autre personne aime bien ou s’en fiche. J’ai remarqué, il y a pas longtemps, en côtoyant une meuf lesbienne qui était invitée chez moi, j’ai eu peur d’avoir l’air hétéro (rires) ce qui est stupide mais voilà. Je faisais peut-être un peu exprès de m’habiller d’une certaine manière ou de peut-être pas trop interagir avec mon amoureux à la maison, je ne sais pas (rires). Je me suis rendu compte de cette réaction et j’ai trouvé ça un peu nul et j’aime pas du tout, parce que j’ai ressenti ça comme de la biphobie intériorisée genre « si j’aime aussi les garçons c’est plus nul » ou « je suis moins parfaite » ou quelque chose comme ça.

5) Est-ce que tu penses que la visibilité est une question politique ?

Oui parce que je pense que c’est important que chaque personne puisse se reconnaître quelque part ou trouver un modèle quelque part. Sans modèle on peut soit ne pas se rendre compte de telle ou telle identité ou soit la nier complètement, ou faire fausse route et sûrement en souffrir pour beaucoup de gens. C’est pour ça que je trouvais aussi le projet que tu fais super important et je suis très content de pouvoir y participer. Si je dis quelque chose et que quelqu’un qui ressent un petit peu les mêmes choses que moi lit ce truc plus tard et si ça lui fait du bien c’est parfait, c’est ça le but. J’ai tendance à militer un peu aussi. Je pense qu’il est important de lutter contre l’hétéronormativité et le sexisme, le racisme et toutes les dominations des hommes, des blancs, des riches et que toute visibilité des minorités est très importante.

6) Quelles sont tes stratégies pour résister aux oppressions que tu subis ?

Déjà militer, aller en manif, essayer d’informer les gens et de m’informer moi-même et partager ce que j’apprends. Par exemple, sur Twitter, tomber sur des threads intéressants et les partager. Essayer de ne plus avoir peur et m’afficher comme je suis même dans l’espace public et de ne plus avoir peur qu’on m’harcèle ou qu’on m’agresse à cause de mes appartenances ou mon apparence. Ce ne sont pas des stratégies très poussées mais c’est ce que je fais naturellement.

Fin Août j’ai participé à un stage d’auto-défense féministe et j’ai trouvé ça très bien parce que ça a permis à moi et aux autres femmes qui étaient là de se redonner du pouvoir. Ça nous a permis de nous réapproprier l’espace public en nous disant qu’on peut avoir de la force. On peut s’affirmer physiquement ou même verbalement et on a appris beaucoup de ripostes verbales et des manières de garder son calme et garder son assurance. Juste après ce stage je me sentais hyper à l’aise dans la rue et limite puissant. Ça s’est un peu calmé depuis mais ça a eu un bon impact quand même.

7) Quelle est ton expérience dans l’espace public ? Y a-t-il des endroits que tu évites ou des choses que tu privilégies ?

Honnêtement ça va, je ne me fais pas trop embêter. Je pense que j’ai pas l’air très commode dans la rue (rires) du coup je ne me fais pas beaucoup emmerder ou harceler. Ça arrive mais pas souvent. J’ai plein d’ami-e-s à qui ça arrive beaucoup plus. Ah oui, ça peut être aussi une stratégie, je sors toujours avec ma musique à fond dans mes écouteurs et comme ça je suis dans ma bulle et j’ignore les gens et même s’ils me parlent, je les vois même pas me parler en général. En tant qu’assignée femme, je ne suis quand même pas méga à l’aise dans l’espace public ou dans la rue parce que c’est envahi par les hommes. Ça a tendance à être plutôt des lieux de passage, pas vraiment pour m’y poser, ou pas seule. Si je m’y pose seul, j’ai essayé parfois mais je ne suis pas vraiment à l’aise. Si je suis seul je vais plutôt avoir tendance à chercher des espaces un peu à l’écart et tranquilles, comme des parcs, ou un peu caché comme dans l’herbe sous des arbres.

8) Si tu devais décrire ta présentation physique ou lui donner un titre (la ligne éditoriale de ton look si on veut), qu’est-ce que ce serait ?

Il y a pas longtemps j’ai un amoureux qui m’a dit que je ressemblais un peu à un dinosaure avec mes cheveux. Je me suis dit que j’étais un punkosaure à paillettes. Sinon, je ressemble aussi à un club kid version queer.

9) As-tu beaucoup changé de présentation ou de stratégies/choix de visibilité jusqu’ici ?

J’ai pas mal évolué ces dernières années. Je n’avais pas non plus un look complètement BCBG ou basique, j’ai toujours bien aimé avoir des looks assez sombres ou peu punk. J’étais quand même bien plus sage. Jusqu’à l’année dernière, j’avais les cheveux longs avec quelques mèches colorées dedans. J’ai eu des mèches vertes, après j’ai eu des dreads, après j’ai eu des rajouts rouges, après j’ai tout tondu (rires). Maintenant j’ai un semblant de fausse crête frisée vert-bleu. Je change beaucoup parce que j’ai pas mal de goûts différents et j’aime bien tester plein de choses. J’ai un peu envie de changer de couleur de cheveux toutes les semaines mais ce n’est pas trop possible (rires). J’ai tout le temps envie d’avoir des nouveaux tatouages ou des nouveaux vêtements. Je ne sais pas trop pourquoi mais voilà, peut-être les signes d’Air (rires). Je pense que mon apparence, c’est ma façon de m’exprimer, et comme j’ai beaucoup de choses à exprimer ça change pas mal. Comme l’a dit un ami à moi, c’est la façon d’exprimer qui prend le moins de place (introverti power), mais d’autres trouvent mes choix (comme celui de me raser le crâne) courageux. Pour moi c’est juste ma façon d’être.

[sur une présentation plus féminine pour être plus accepté] C’était pas tellement pour être plus accepté mais probablement pour avoir l’air plus normal, j’imagine, ou se faire moins remarquer. Je ne sais pas trop si c’est le fait de fréquenter plus de personnes queer qui ont ce type de look donc en imitant un peu plus ou moins consciemment, ou parce que je me suis senti un peu plus légitime à me montrer comme ça que j’ai évolué. Avant, seul-e-s mes ami-e-s proches savaient que j’étais queer, maintenant tout le monde le sait ou le devine (rires) et je suis beaucoup mieux comme ça d’ailleurs. C’est des trucs un peu évidents mais comme j’ai été assigné fille, je pense que pendant toute mon adolescence jusqu’à il n’y a pas si longtemps je me disais qu’il fallait que je présente comme une fille et que c’était comme ça que j’allais plaire aux gens ou que j’allais être acceptée. J’ai toujours eu une part de masculin ou même de « sans genre » en moi mais ça ressortait moins sur mon apparence. Maintenant que je m’en fiche je suis plus heureuse je pense.

10) Penses-tu te ressembler ? Et y’a-t-il autre chose que tu veux ajouter ?

Ouais, de plus en plus. Je me ressemble plus parce que je me rapproche de modèle que j’ai eu que je trouvais parfaits (rires). En m’en rapprochant, je me sens vraiment mieux et je ne fais plus semblant.

– – – – In English – – –

1) Can you introduce yourself ?
My name is Loup, I’m 25. I identify as non-binary, I like genderfuck because I like the idea of subverting gender. I’m studying translation and that’s what I like for now. I enjoy reading, partying and listening to music.

2) Can you tell me about your outfit (what you are wearing/why you chose this outfit), and more generally about your physical presentation ?
It varies a lot because I tend to either adapt to my environment and to the people I see but I also have a lot of different taste in terms of style. For instance, when I go to a party I enjoy looking extravagant, like I do now, wearing fishnets, silver or gold things and a lot of glitter everywhere. Otherwise, I can have a butch style, or even completely masculine. I really like wearing skirts and dresses. I love wearing makeup. There was a time when I thought that in order to look more masculine I had to stop wearing makeup. Then, not so long ago, I realized it was stupid. Just because you’re wearing makeup doesn’t mean you can’t be masculine, and on the contrary, I really like showing that you can have whatever gender and enjoy wearing makeup and dressing up the way you want. I think it shows more and more in the way I present physically. I used to dress in a more feminine way, I think I felt a little socially compelled to do so and to fit in the norms. Now, I feel freer to do what I want and I think it’s linked to my feeling of legitimacy towards the queer community. For a long time, I almost didn’t take part in it or even in the LGBT community because I didn’t feel legitimate enough, didn’t have a lot of friends in it and felt quite invisible actually. Now that I have been hanging out in it more and having a more queer look, whether it’s my clothes or even my short hair and all of that, I think I feel a little more legitimate there and I try to care less as well (laughter).

3) Why did you choose to shoot here ? Does this place have a special meaning for you ?
I pick this place because it happens to be the place we go to often with my friends to go to queer parties lately. It’s connected to a lot of memories of happiness, friendship, love, party, crushes and all of that in this queer community and I like that. It’s also quite urban and it reminds me of urbex. It’s an industrial area and I thought it would be cool to shoot in this scenery. 

4) Do external factors have an influence on choosing what you’re going to wear or on the decisions you make regarding your appearance/physical presentation ?
It’s obviously not the same if I’m going to class or to a party. Even though I have less trouble being out there at university, I used to not show it at all and now I don’t care. I’ve buttons on my bag and I pay less attention. I’m less afraid to be open I think. Even with my family, I don’t have many examples because I don’t see my family very often. Except for distant relatives like my grandparents or uncles and aunts with whom I try to stay minimal.

It’s possible that if I have a date with a girl, for instance, I might want to look more masculine in order to flirt I guess. It depends on the person I guess. It’s not completely verified but if the person is more masculine or butch, I might feel like being more feminine. It also depends on my mood, whether I feel like being more masculine or more feminine. Especially before, when I used to date more boys, I would look me feminine. If it’s the first date, I will be more feminine and the more comfortable I get, the more I will go back to a naturally androgynous look, or even clearly butch if I feel like the person doesn’t care or likes it. Not so long ago I realized while being around a lesbian girl who was staying at my place that I was afraid to look straight (laughter), which is stupid but anyway. I was trying maybe too much to dress a certain way or not to interact with my lover at home, I don’t know (laughters). I realized that and thought it was a little lame because I felt that it was internalized biphobia like « liking boys is worthless » or « being less perfect » or something like that.

5) Do you think that visibility is a political matter ?
Yes, I think it’s important that anyone finds a model somewhere and finds someone to identify with. Without role models, we can either not acknowledge some parts of our identity or either deny it completely or go down the wrong path and suffer a lot for many people. This is also why I thought that this project that you’re doing is super important and I am very happy to be a part of it. If I say something and someone feels a little bit that way and read this later and feels better, it’s perfect. It’s the goal. I have a tendency to do some activist work too. I think it’s important to fight against heteronormativity and sexism, racism and all kinds of discriminations from men, white people, rich people and minorities being visible is very important.

6) What are your strategies to resist the oppressions you face ?
Doing activist work for starters, attending demonstrations, trying to inform people and myself and sharing what I learn. For instance, sharing interesting threads on Twitter. Trying to not be afraid anymore and be myself in public space without being afraid I might be harassed or assaulted because of my affiliations or my appearance. There are not very advanced strategies but it’s what I do naturally.

In August, I attended a feminist self-defense workshop and I thought it was really good because it allowed me and the other women there to take back our power. It allowed us to reclaim public space by telling ourselves we had strength. We can affirm ourselves physically and even verbally and we learned many verbal responses and ways to keep calm and stay confident. Following that workshop, I felt really comfortable in the street, almost powerful. It calmed down since but it had a good impact anyway.

7) What is your experience of public space ? Are there places you avoid going to or things you favor ?
Honestly, it’s okay, I don’t get bothered too much. I think I don’t look very accommodating when I’m out (laughter), therefore I don’t get too bothered or harassed. It happens but not often. I have lots of friends who are much more harassed than me. Ah! This might be a strategy too, I always get out with loud music in my headphones and this way I’m in my bubble and ignore people, even if they talk to me I generally don’t see them. As someone’s who’s been assigned female at birth, I am still not that comfortable in public spaces because it’s invaded by men. It’s more like passing through it than hanging around or at least, not alone. If I hang out alone, I’ve tried it but I’m not at ease. If I am alone I’ll probably look for places a little apart and quiet, like parks, or a little hidden like under the trees.

8) If you had to describe your physical presentation or give it a title (like the editorial line of your look sort of), what would it be ?
Not long ago a lover of mine told me I looked a little bit like a dinosaur because of my hair. I said I’m a glitter punkosaur. Otherwise, I also look like a queer club kid.

9) Have you changed your presentation or strategies/choices of visibility a lot until now ?
I’ve changed a lot these last few years. I didn’t have a basic look anyway, I always liked having dark or punk looks. I was way more behaved though. Until last year, I had long hair with a few dyed strands in it. I had green ones, then I had dreadlocks, then red extensions, then I shaved it all (laughters). Now I have a blue-green curly fake Mohawk. I change a lot because I have a lot of different tastes and I like to try a lot of things. I feel like dying my hair a new color every week but it’s not really possible (laughter). I constantly want to have new tattoos or new clothes. I don’t know why but maybe because of my Air sign (laughter). I think my appearance is my way of expressing myself and since I have a lot to say it changes a lot. As a friend of mine describes it, it’s a way of expressing things that takes the less space (introvert power), but others find my choices (like shaving my head) brave. For me, it’s just my way of being.

[on having a more feminine appearance to be more accepted] It wasn’t so much about being more accepted but probably to look more normal, I guess, or be less noticeable. I don’t really know if I changed because I am hanging out with more queer people that have that kind of look, and by consciously or unconsciously imitating it, or because I feel a little more legitimate to be visible. Before only close friends knew I was queer, now everybody knows it or can guess (laughter) and I feel way better that way. There are some obvious things but, because I was assigned female, I think that my whole teenage years until not so long ago, I told myself I had to look like a girl and that would be how I would be accepted and attract people. I always had a masculine part or even a « genderless » one in me, but it was less showing. Now that I don’t care, I think I am happier.

10) Do you feel like you resemble yourself ? And is there anything you want to add ?
Yes, more and more. I resemble myself more because I look more like models that I found perfect (laughter). By looking more like that, I feel really better and I don’t pretend anymore.