Out There

Queerness, (in)visibilité et espace public
Bordeaux

Stanislas

Stanislas, Bordeaux, October 2017

(Retranscription par Louis – English version down below – translated by Sarah)

1) Peux-tu te présenter en quelques mots ?

Je bugg toujours sur cette question parce c’est toujours délicat de se présenter, surtout en quelques mots. Il faut peut-être que je parle moins vite ? Je m’appelle Stanislas, j’ai actuellement 26 ans, mon activité principale c’est écrire parce que je tiens un blog depuis un paquet d’années déjà. Je peux peut-être développer sur le blog : ça fait des années que je le tiens mais il a vachement évolué avec moi et avec le temps. Au début c’était juste pour raconter ma vie mais c’est plus passé à une approche éducative, vu que j’ai été sensibilisé à certaines questions : les questions de féminisme, les questions LGBT+ et compagnie, ça me semblait important de propager ces connaissances de manière simple et concrète. Je réfléchis à autres choses que des blagues mais c’est bon.

2) Peux-tu me parler de ta tenue (que portes-tu/pourquoi as-tu choisi cette tenue), et plus généralement de ta présentation physique ?

Ma tenue du jour ? J’ai préparé cette question. J’ai longuement hésité à comment j’allais m’habiller parce que j’ai une collection d’une quarantaine de tee-shirts avec des motifs rigolos tous issus de la pop culture en général. Et je me suis dit, je me voyais mal en privilégier un par rapport à l’autre parce que c’est tous mes tee-shirts et je les aime, même si c’est un peu bizarre comme rapport à des vêtements, enfin les motifs sont chouettes en tout cas. Du coup, je me suis dit, j’aime bien les polos, j’ai deux trois polos assez neutres, du coup j’ai pris ça. Et après, comme d’habitude : un jean, des baskets et je suis à peu près coiffé.

Je suis triste de pas avoir pu mettre un short, parce qu’il fait moche, et que j’aime bien mettre des shorts. J’ai perdu l’habitude de porter des jeans parce que c’est hyper serré, c’est hyper près du corps et je suis pas très fan. Étant gros, j’ai toujours des vêtements un minimum près du corps et c’est pas très confortable pour se mouvoir.

3) Pourquoi as-tu choisi de poser à cet endroit ? Est-ce que ce lieu a un sens particulier pour toi ?

Parce que c’est joli. Comme c’est l’automne et que c’est ma saison préférée, il me fallait, enfin je voulais, un endroit qui ait pas mal de végétation, et d’arbres notamment. Du coup, les Quinconces me semblait très très adapté parce que la configuration de l’allée, enfin c’est pas la place des Quinconces parce que la place est actuellement occupée par la Foire à mon grand drame, c’est que la configuration des allées est très symétrique et j’aime bien, je trouve ça vraiment joli.

J’avais aussi pensé aux Quais mais le problème c’est qu’il y a deux spots en particulier que j’aime beaucoup, mais ils sont à 3-4 kilomètres d’écart l’un de l’autre. Je me sentais pas de marcher et de perdre une heure et demie.

4) Est-ce que des paramètres extérieurs interviennent quand tu choisis ce que tu vas porter ou sur les décisions que tu prends concernant ton apparence/ta présentation physique ?

Oui. Je développe ? Ça dépend si j’ai un rdv. J’ai beaucoup de rdv médicaux ou des rdv d’ordres professionnels ou face à des gens ayant un minimum d’autorité face à moi. J’essaye un peu de soigner ma tenue en général, et comme j’ai que des tee-shirts avec des motifs rigolos ça fait pas très «adulte ». Avant j’avais toujours des sac à dos, mais du coup j’ai investi dans cette sacoche pour faire plus adulte, j’ai 26 ans et j’ai l’air d’en avoir 22, je trouve ça un petit peu dommage.

J’essaie de soigner mais sinon je met le tee-shirt rigolo que j’ai envie de mettre, certains jour j’ai envie de mettre plus l’un ou plus l’autre. Si j’ai pas de rdv particuliers je m’en fiche un peu.

5) Est-ce que tu penses que la visibilité est une question politique ?

Tout à fait. Pas dans toutes circonstances mais il y a des moments où c’est pertinent. Après ça dépend dans quel sens on entend la visibilité. Je suis très admiratif de certaines personnes qui se visibilisent, notamment dans le milieu lgbt+, ils l’assument et ils le portent avec une fierté qui est merveilleuse. C’est beau. Je suis très admiratif parce que je ne sais pas si je serais capable de faire un truc pareil. Je pense à la visibilité au niveau du féminisme, il y a tout et n’importe quoi. Surtout tout, il y a énormément de choses, il y a des moments ça va convenir à certaines personnes, y’a des moments ça va convenir à d’autres. Sans la moindre négativité, c’est juste une observation.

6) Quelles sont tes stratégies pour résister aux oppressions que tu subis ?

La musique. Tu l’auras peut-être noté mais quand je suis arrivé, j’avais mon casque sur les oreilles. Je supporte pas de sortir sans, c’est notamment dû à mon anxiété sociale et à diverses bricoles qu’il a pu m’arriver dans le passé. Je supporte pas de sortir sans mon casque, même si j’ai plus de batterie je vais quand même le mettre sur mes oreilles, par sécurité. Il y a quand même toujours des abrutis qui vont venir m’embêter, je suis très poli dans ma formulation. Même avec le casque, il y en a toujours qui viennent te toucher parce qu’ils veulent quelque chose, une cigarette ou quoique ce soit. Ce qui étonne beaucoup les gens c’est mon septum : j’ai au moins une fois par mois, une remarque d’un inconnu dans la rue, une remarque sur mon septum. Généralement c’est : « Tu sais qui porte ça ? C’est les vaches. » Super, merci, grossophobie. Donc voilà, ma stratégie c’est de mettre mon casque sur les oreilles, ça marche pas à tous les coups mais ça rassure. Ça me rassure.

Et faire la tronche aussi, c’est important. Enfin, je dirais plus faire la gueule. Mine renfrognée, foutez-moi la paix. Pareil, ça marche pas tout le temps mais ça a tendance à filtrer. Les gens osent moins approcher. Pour moi c’est pas de la confrontation, c’est de l’évitement.

7) Quelle est ton expérience dans l’espace public ? Y a-t-il des endroits que tu évites ou des choses que tu privilégies ?

C’est très nul l’espace public. C’est rude surtout. C’est pas toujours accueillant, c’est pas toujours bienveillant, selon l’heure qu’il est, selon le quartier où tu es, selon comment tu es entouré, si tu es tout seul. Ça dépend de tellement de paramètres, ça peut être hyper violent. Pas seulement parce que tu as une agression qui va t’arriver mais c’est violent au sens large du terme, parce qu’il y a des bruits partout, des trucs à voir, des éléments un peu partout. C’est hyper intense.

J’évite la gare, heureusement j’habite pas près de la gare. J’essaye d’éviter les petites rues mal éclairées, par habitude, par sécurité, parce que j’ai déjà été suivi dans la rue, parce que parfois les gens sont complètement ivres et que tu sens qu’ils te veulent du mal. Généralement, quand on rentre tard le soir, y’a toujours Jean-Michel Ivresse qui s’approche et qui veut je ne sais quoi. Et plutôt que d’attendre qu’il s’approche de moi, je fais un énorme écart, genre 1 ou 2 mètres. Généralement, j’entends vaguement une remarque, enfin je sens qu’ils ont dit un truc parce que j’ai ma musique sur les oreilles mais je veux pas savoir, je m’en vais, je trace, ça ne me concerne pas. C’est ma stratégie.

J’aime bien être chez moi. C’est calme. J’habite au rez-de-chaussé, rez-de-chaussé qui donne sur la rue, pas d’autres fenêtres. Du coup avec ma coloc on fume à la fenêtre, mais du coup des Jean-Michel Ivresse j’en ai un sacré paquet.

8) Si tu devais décrire ta présentation physique ou lui donner un titre (la ligne éditoriale de ton look si on veut), qu’est-ce que ce serait ?

Pour la bio twitter, je suis : « Social Justice DPS Distant ». Tu joues un peu aux jeux-vidéos ?En gros, les DPS ce sont des gros dégâts à distance, il balance et il se barre.

Ma présentation, j’aurais plus dit : Casual mais du côté geek de la force. Je suis entre les 2.

9) As-tu beaucoup changé de présentation ou de stratégies/choix de visibilité jusqu’ici ?

En vrai, pas tant, je pense qu’à partir du moment où j’ai commencé à appréhender ma masculinité, je me suis posé plein de questions : est-ce que je peux porter des colliers ? Est-ce que je peux porter des bagues ? J’ai mis longtemps avant de comprendre que c’était complètement faux. J’ai pas à me retenir de porter des bijoux ou des trucs parce que je suis un garçon, c’est stupide. On vit dans une telle atmosphère de surmasculinité à outrance que c’est des questions qui se posent pour tous les individus tirant vers le masculin, sur le spectre de la masculinité.

[Est-ce qu’il y a un moment qui t’as fait dire que tu voulais faire un peu plus adulte ?]

Quand j’ai atteint 25 ans. C’est con mais, je suis très attaché à la symbolique en général. Quand j’étais ado, entre mes 12 et 25 ans, j’étais convaincu que j’allais mourir dans l’année qui suivait. Pas forcément autour de mon anniversaire mais en général. Du coup, quand j’ai atteint les 25 ans, je pensais jamais les atteindre, et chaque année qui avançait était un peu une victoire sur la vie. Ça m’a foutu un coup. Maintenant j’ai atteint les 25 ans, je suis adulte, je fais quoi ? C’est horrible d’être adulte, il faut payer ses impôts, trouver du travail si tu peux travailler (ce qui n’est pas mon cas). J’ai eu un déclic. Je sais pas pourquoi.

10) Penses-tu te ressembler ? Et y’a-t-il autre chose que tu veux ajouter ?

Non. Ce n’est pas un non franc. J’ai pas toujours fait ce poids-là. J’ai eu des problèmes de santé et j’ai pris des médicaments qui m’ont fait prendre énormément de poids, du coup, j’ai pas toujours eu ce physique là. Je suis gros, c’est pas un gros mot, je suis juste gros. Et j’ai vachement de goût vestimentaire, c’est pas une facilité mais une certaine affinité avec les vêtements et au niveau de comment les trucs s’organisent, mais pas sur moi. Je peux pas l’appliquer sur moi, parce que c’est pas possible. Pour les gros ont fait pas des vêtements trop cools comme pour les gens de gabarit classique. Quand tu rentres dans un magasin, que tu demandes la grande taille et qu’elles te disent « Oui, on fait jusqu’au 44. ». Alors non, je suis désolé mais la taille 44 c’est le début des grandes tailles. Ça me fait un peu hurler. J’ai perdu ce plaisir d’aller dans un magasin, d’essayer des vêtements et de se dire « Oh, c’est vachement bien. Je m’aime bien dans ces vêtements. » Non, moi, je suis obligé de commander sur internet. Et ça arrive, je l’essaye chez moi avec mon miroir de salle de bain tout pourri et c’est nul quoi. Moi j’aimerais bien pouvoir essayer dans une cabine et pouvoir me la péter devant mes potes en disant « Oulala, regarde comme ça me va bien. ». ça me fait vraiment rager. C’est un plaisir que j’ai perdu. Maintenant, quand je rentre dans un magasin, je fais « Bonjour, vous faites jusqu’à quelle taille ? » et généralement je fais « Merci, au revoir. ». C’est triste.

Je ne me ressemble pas comme j’ai envie d’être parce que je fais de la dysmorphophobie. Je me vois encore, je me ressens avec mon corps d’avant et c’est pas le cas. Quand je passe devant un miroir, je met quelques secondes à me voir et à comprendre que c’est moi. Le visage, ça va, j’ai pas trop morflé. Mais le corps, je me reconnais pas quoi ! C’est rude.

Je vais partir sur mes tatouages, ça fait une belle transition avec l’image du corps. J’ai quatre tatouages et un seul visible quand je suis en short. J’en ai deux dans le dos, un sur la cuisse et un sur le mollet. C’est bête mais quand j’ai fais celui sur le mollet, je suis passé à l’étape de « les gens vont voir ». C’était une étape dans ma visibilité quelque part. Ça paraissait symbolique, c’est pour ça que je suis triste de pas pouvoir mettre de short aujourd’hui.

– – – – In English – – –

1) Can you introduce yourself?

I always freeze when answering this question because it’s always delicate to introduce yourself, even more in only a few words. Should I speak less quickly? My name is Stanislas, I’m 26 and my main activity is writing as I have a blog for a few years now. Maybe I can talk a bit more about the blog: I’ve had it for years but it evolved so much with me and throughout the years. In the beginning, it was only to talk about my life but it shifted to a more educational approach as I was getting more aware of some topics: feminist and LGBT+ issues and such. It felt important to me to spread this knowledge in a clear and practical way. I’m thinking of anything other than jokes but never mind.

2) Can you tell me about your outfit (what you are wearing/why you chose this outfit), and more generally about your physical presentation?

Today’s outfit? I prepared this question. I’ve hesitated for a while about how to dress because I have a collection of around 40 t-shirts with funny patterns inspired by pop culture at large. And I wondered, I couldn’t favor one over the others because they are mine and I love all of them, even though it’s kind of a weird relationship to clothes, anyway, the prints are very cool. So I thought I like polos, I have 2 -3 neutral enough polos so I picked this. And then, as usual: a pair of jeans, sneakers and my hair is acceptable.

I’m sad I couldn’t wear shorts today because the weather is bad and I like wearing shorts. I lost the habit of wearing jeans, it’s too tight around the body and I’m not a big fan. Since I’m fat, I always have clothes a little too tight and it’s not very comfortable to move in it.

3) Why did you choose to shoot here? Does this place have a special meaning for you?

Because it’s pretty. It’s Autumn, my favorite season, I needed… I mean wanted a place that had plants in it and trees especially. So the Quinconces seemed to fit since the alley setting (not the square of les Quinconces because it’s unfortunately occupied by the Fair at the moment) is very symmetrical and I like that, I find it very nice.

I’d also thought of the Docks but the problem is that there are two particular spots that I like but they are 3-4 km apart from each other. I didn’t feel like walking and wasting 1 hour and a half.

4) Do external factors have an influence on choosing what you’re going to wear or on the decisions you make regarding your appearance/physical presentation?

Yes. Should I develop? It depends if I have an appointment. I have a lot of medical exams or professional meetings facing people with some authority over me. In general, I try to pay attention to how I dress and since I only own funny patterned shirts it doesn’t feel very “mature”. I used to always have backpacks before and I decided to invest in this satchel to look more adult, I’m 26 and I look like I’m 22, I think it’s a little unfortunate.

I try to dress well but otherwise, I wear a funny shirt that I want to wear depending on my mood. If I don’t have particular meetings, I don’t really care.

5) Do you think that visibility is a political matter?

Absolutely. Not in all circumstances but there are moments when it makes sense. It depends on what you mean by visibility. I’m really impressed by some people that make themselves visible, especially in the LGBT+ community, they accept it and wear it with magnificent pride. It’s beautiful. I’m impressed because I’m not sure I would be able to do something like that. I think about the visibility regarding feminism, there is everything and its contrary. Above all, there are so many things out there that might fit some people and the next days some others. Without any negativity, it’s just an observation.

6) What are your strategies to resist the oppressions you face?

Music. You may have noticed it but when I arrived, I had my headphones on. I can’t stand going out without it, particularly because of my social anxiety and other things that happened to me. I can’t stand going out without it, even if I don’t have any battery left, I’ll still wear it for safety. There are still going to be idiots that will annoy me, and I’m being nice in the words I chose. Even with my headphones on, there are still some people that want to touch you because they want something, a cigaret or anything. What surprises most is my septum piercing: I get at least once a month a comment about it from a stranger on the street. Usually, it’s: “You know who wears this? Cows”. Yeah, great, fatphobia. So there you go, my strategy is to wear my headphones on my ears, it doesn’t work all the time but it’s comforting. It comforts me.

And pouting too, it’s important. I would say sulking even. Frowning face, leave me the fuck alone. Same here, it doesn’t work all the time but it tends to filters most of them out. People tend to be discouraged.

To me, it’s not confrontation, it’s avoidance.

7) What is your experience of public space? Are there places you avoid going to or things you favor?

Public space sucks. It’s very harsh mostly. Not always welcoming, not always kind, depending on what time it is, the area you’re in, how you’re surrounded if you’re by yourself. It depends on so many factors, it can be super violent. Not only because you might get assaulted but it’s violent in the broad sense of the word, there are noises everywhere, elements around you. It’s really intense.

I avoid the train station, luckily I don’t live near it. I try to avoid small dim streets out of habit and for safety, because I have already been followed in the street and because sometimes people are really drunk and you can sense that they want to hurt you.

In general, when we come home late at night, there’s always Drunk Joe that steps closer and wants God knows what. And instead of waiting for them to come near me, I take a massive sidestep, like 1 or 2 meters. I barely hear a comment, I can tell they said something because I have my headphones on but I don’t want to know, I leave quickly, it’s not my problem. That’s my strategy.

I like being at home. It’s calm, I live on the ground floor, the ground floor that leads on the street, I don’t have any other window. So, with my housemate, we smoke by the window but we get so many of these Drunk Joes. I’ve had my share of it.

8) If you had to describe your physical presentation or give it a title (like the editorial line of your look sort of), what would it be?

For my Twitter bio, I am “Social Justice Distant DPS”. You play video games a bit? DPS means damage per second, so basically, you hit hard and leave.

My presentation I would say more like: Casual but on the geek side of the force. I’m somewhere between the 2 of them.

9) Have you changed your presentation or strategies/choices of visibility a lot until now?

Actually not that much, I think from the moment I started questioning my masculinity, I asked myself a lot of questions: can I wear necklaces? rings? I took a long time before understanding that it was completely wrong. I didn’t have to refrain myself from wearing jewelry or whatnot because I am a man, it’s stupid. We live in such hypermasculine atmosphere that these are questions every masculine individual or on the masculine spectrum might wonder about.

[Is there a moment that made you decide to look more mature?]

When I turned 25. It’s dumb but I’m very attached to symbols in general. When I was a teenager, between my 12 and 25 years old, I was sure I would die in the following year. Not exclusively around my birthday but in general. So when I reached 25, I couldn’t believe it and each year that passed by was a small victory in life. It took a toll on me. Now I’m 25, what should I do? It’s horrible to be an adult, you have to pay your taxes, find a job if you can work (which is not my case). I had a revelation. I don’t know why.

10) Do you feel like you resemble yourself? And is there anything you want to add?

No. It’s not a complete no. I haven’t always been this weight. I had health issues and I had to take medicines that made me put on weight. I haven’t always looked like this. I am fat, it’s not a swear word, I’m just fat. And I have a good sense of style, it’s not an ability but an affinity with clothes and matching things together, but not on me. I can’t apply this to me because it’s simply not possible. They don’t make cool clothes for fat people like they do for regular people. When you go into a shop and you ask for their larger size and they say “Yes we do until 44”. Hm I’m sorry but 44 is the beginning of the larger sizes. It makes me scream. I lost the pleasure of going into a shop, trying on some clothes and think “Great, I really like myself in these clothes”. Nope, for me, I have to order clothes online and when it arrives, I try it on at home in front of my shitty bathroom mirror and it’s crap. I’d like to be able to try things on in a shop’s fitting room and show off in front of my friends like “Wow look at how great this looks on me”. It makes me mad. It’s a pleasure I’ve lost. Now when I go into a shop I ask “Hello, which sizes do you have?” and generally I say “Thanks bye” and I leave. It’s sad.

I don’t look like the way I want to because I have dysmorphophobia. I still see myself in my previous body and it’s not the case anymore. When I’m in front of a mirror, I take a few seconds to acknowledge and realize it’s actually me. My face is okay, it didn’t get too bad. But I don’t recognize my body. It’s tough.

I’m going to talk about my tattoos. It’s a great transition from body image. I have four tattoos and only one visible when I’m wearing shorts. I have two on my back, one on my thigh and one on my calf. It’s dumb but when I did the one on my calf, I went through the step of “people will see it”. It was a step in my visibility somehow. It seems symbolic, that’s why I’m sad about not being able to wear shorts today.